En 2009, la santé coûte 50 % plus cher aux familles qu’en 2001

vendredi 26 mars 2010
popularité : 46%

En huit ans, le poids des dépenses de santé dans le budget des familles a augmenté de 40 % à 50 % en moyenne. C’est le résultat l’étude “Dépense de santé et budget des ménages” que nous avons menée au sein de notre cabinet de conseil jalma et repris largement par la presse : voir Les Echos ou Le Monde.

Ces chiffres sont d’autant plus impressionnants que la période 2001-2009 n’a pas été marquée par des désengagements massifs de la Sécurité sociale, dont la part dans le financement des dépenses de santé n’a que très légèrement baissé sur la période - passant de 78 % à 77 % - et qui continue à assumer presque intégralement les dépenses les plus lourdes. Or, le déficit grandissant de la Sécurité sociale n’annoce pas de lendemains qui chantent : il faut s’attendre à de nouvelles hausses du coût de la santé aussi fortes, voire plus, d’ici 2015.

 

Cette très nette augmentation s’explique en grande partie par une série de petites mesures dont l’impact, pris isolément, peut paraitre assez faible : déremboursements de médicaments, franchises medicales, forfait de 1 euro par consultation médicale ou hausses du forfait hospitalier. Mais certains souffrent plus que d’autres de cette envolée des coûts. On observe un creusement très net des inégalités : entre les personnes sous contrat individuel et celles qui bénéficent d’un contrat collectif, entre actifs et seniors. Exemple : une famille consacre en moyenne 7,43 % de son budget à la santé en 2009 quand sa couverture est individuelle et 3,8 % quand elle est collective. Quant aux seniors, s’ils bénéficient encore d’une prise en charge favorable par les régimes obligatoires, l’effritement des solidarités intergénérationnelles a une traduction chiffrée : la santé pèse pour 11 % de leur budget aujourd’hui, contre 7 % en 2001.

En conclusion : le système est à la limite du soutenable, mais niveler par le bas serait politiquement suicidaire et socialement régressif. Que faire alors ? Certaines mesures de bon sens pourraient être prises, comme un encadrement de l’écart des cotisations entre jeunes et retraités, commun à l’individuel et au collectif, à l’image de ce qui a été fait pour les fonctionnaires.

Cet article est repris du site http://feedproxy.google.com/~r/tout...


Sites favoris Tous les sites

131 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Sur le Web Tous les sites