« L’économie quaternaire pourra démultiplier les services à domicile

, popularité : 99%

Quels sont les freins actuels au développement des services à la personne ?

L’écosystème qui permettrait ce développement n’a pas été
mis en place et, sauf à être aisé ou en situation de dépendance,
les Français sous-utilisent les services à domicile.
Si ces services étaient productifs et volaient de leurs propres
ailes, tous les problèmes de solvabilisation de la demande
seraient résolus.

Prenons l’exemple des services pour les personnes dépendantes :
les conditions de leur rentabilité n’étant pas réunies, le
système actuel coûte cher aux pouvoirs publics et n’est pas
très efficace ; sur les 19 €facturés de l’heure, 35% sont utilisés
pour la gestion de l’intervenant et ce, sans savoir
en temps réel où se trouve cet intervenant.

Je crois qu’il faut créer une nouvelle offre associée
à une nouvelle demande et changer de type
global d’économie, notamment pour les services
à la personne ; ce que j’appelle l’économie
quaternaire.

En quoi consiste l’économie quaternaire ?

Les technologies génériques (l’électricité, la
mécanique) ont réussi durant un siècle à satisfaire
les besoins en biens de consommation et
d’équipements. Ma conviction est que ce modèle
de croissance est épuisé. De nouveaux besoins
sont insatisfaits alors que de nouvelles technologies
génériques sont créées, telles les Tic qui
décuplent les capacités mentales de l’homme.

Il est ainsi possible aujourd’hui d’organiser les choses multiples
et différentes, comme par exemple communiquer simultanément
avec tous les employés des lieux de vie : les téléphones
mobiles et les cartes à puce sont localisables et peuvent échanger
entre eux sans l’intervention de l’homme.

S’appliquant au secteur des services, le quaternaire est la
mise à disposition temporaire des biens et des personnes ayant
des savoirs et savoirs faire sur tous les lieux de vie.

Cette nouvelle économie créera de la croissance – puisque
plus de besoins seront satisfaits – et sera très productrice d’emplois :
quand les Français consommeront 2 heures par semaine
de ces nouveaux services, 4 millions d’emplois à temps plein
seront créés.

Comment cette économie quaternaire peut-elle se déployer ?

Basée sur l’innovation et la flexibilité, elle ne peut relever
essentiellement d’une loi.
L’État doit assurer un cadre général réglementaire, notamment
via le code du travail : le travail sur des lieux de vie différant
de celui en atelier.

Actuellement, chaque entreprise de services à la personne demande
au conseil général le financement d’une plate-forme
technologique et chaque département se dote d’un outil dont
la qualité n’est pas optimale et dont le seuil de rentabilité ne
peut être atteint.

Il faudrait que se mette en place une infrastructure numérique
générique partagée, répondant à tous les besoins : mise
à disposition d’une voiture, d’une HAD, d’une personne
à domicile, etc.

À l’instar des routes et chemins de fer de l’économie
de mécanisation, elle doit respecter des
normes pour être construite par tous les producteurs
qui s’engagent à les respecter, et sera utilisée
facilement par tous ceux qui en auront
besoin. Une première infrastructure de ce type
existe. Financée par l’État à hauteur de 7 Ms€,
cette plate-forme générique est actuellement
expérimentée dans 5 départements.

Elle permet d’équiper tous les prestataires de
services aux personnes dépendantes de téléphones
mobiles, ainsi que toutes les personnes dépendantes
d’une carte : lorsque le prestataire arrive
au domicile, son téléphone “communique”
automatiquement avec la carte de la personne
dépendante et avec l’entité dont il est salarié.
Le gestionnaire peut ainsi maîtriser l’activité de
ses salariés, informer le conseil général, préparer
les fiches de paie du salarié et la facture de la prestation, intervenir
immédiatement en cas de problème. Cette technologie
sera aussi en mesure de permettre à la personne dépendante
d’indiquer son degré de satisfaction ou au salarié d’émettre ses
observations.

Il y a in fine un vrai gisement de bien-être et d’emplois.

Qui peut être le déclencheur pour la mise en oeuvre de vos recommandations ?

Il s’agit vraisemblablement du Premier ministre ou du chef
de l’État.
Il me paraît en effet urgent et important de pouvoir satisfaire
plus de besoins et autrement. Or, plusieurs ministères sont
concernés : emploi, formation, industrie, nouvelles technologies,
solidarité, etc.

Et, sans une prise en compte interministérielle, ça ne pourra
pas marcher.

Cet article est repris du site http://www.espace-social.com/spip.p...

Sites favoris Tous les sites

29 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves