Près des deux-tiers de nos ventes médicament s’opèrent dans les biotechnologies

, popularité : 99%

Vous avez présidé le groupe santé lors des récents États généraux de l’industrie. Quels constats et recommandations ont émergé de ces travaux ?

Permettez-moi d’abord de resituer ce rendez-vous majeur
décidé par le président de la République. Nous étions 45
au sein du Comité national, dont toutes les organisations
professionnelles, l’administration, les régions et
les industriels. Nous avons parlé, sincèrement,
en allant au fond des choses. Je vois dans ce moment
de vérité l’expression du talent de Jean-
François Dehecq et aussi la capacité des leaders
de notre pays à savoir se retrouver dans une
réflexion stratégique.

La situation de crise exigeait peut-être cet état d’esprit. Sur la santé, quels constats faites-vous en particulier ?

Il y avait 5 groupes de travail comme le nôtre
par filière. Il était important que les industries de
santé soient reconnues comme telles, compte
tenu de leur poids considérable dans l’économie.

Cela dit, nous sommes dans une période de mutation brutale
de notre environnement et de notre modèle économique. Les
paradigmes changent. Avec de nouvelles approches multifactorielles
sur la prise en charge médicale des patients au travers
d’une médecine plus personnalisée, de nouvelles thérapies innovantes
ou de l’imagerie fonctionnelle. Les nouvelles technologies
ouvrent des perspectives de médecine préventive et
régénératrice.

La France est-elle bien placée pour ces défis ?

Notre positionnement est plutôt favorable au sein du paysage
mondial. La politique industrielle et de valorisation de la
recherche, mise en oeuvre depuis plusieurs années porte ses
fruits : le crédit impôt recherche, les pôles de compétitivité, la
réforme de l’université, la création de l’Aviesan présidée par
André Syrota, la mise en route prochaine des instituts hospitalo-
universitaires, les mesures annoncées du Csis…

Des carences ou insuffisances tout de même ?

D’ici dix ans, le paysage des industries de santé aura totalement
changé, la France doit donc mener une politique ambitieuse
si elle veut rester parmi les grands pays producteurs de
biens de santé. Nos recommandations ont porté sur l’optimisation
de ce que nous appelons “l’écosystème de l’innovation”
ainsi que sur la gouvernance. La complexité de l’organisation
administrative sanitaire et sociale avec de nombreux interlocuteurs
peut freiner le dynamisme. Nous plaidons pour la création
d’un pilotage stratégique placé au plus haut
niveau.

Vous présidez également aux destinées du groupe Ipsen. Quelles évolutions récentes caractérisent vos choix stratégiques ?

Notre entreprise est à un tournant de son développement.
Nous poursuivons sans relâche notre
objectif de spécialisation. Près des deux-tiers
de notre chiffre d’affaires médicament sont tournés
vers les biotechnologies. C’est considérable !

Aux trois axes thérapeutiques cibles du groupe
(oncologie, endocrinologie et neurologie), il faut
ajouter l’hématologie dans le cadre de notre récent
accord avec la société américaine Inspiration, qui va nous
permettre de développer un portefeuille de protéines recombinantes
indispensables pour de nouveaux traitements de l’hémophilie.

Le groupe noue des alliances de développement sur
le diabète avec Roche, et plus récemment avec Rhythm à
Boston en neurologie. Dans ce domaine également, nos équipes
de recherche collaborent de manière très fructueuse avec
le CEA en imagerie médicale.

Dans le domaine de la thérapie génique, où en êtes-vous ?

Nous venons de signer un accord de partenariat avec la société
américaine Dicerna sur le développement de notre ingénierie
des peptides dans l’ARN interférent, ces interrupteurs
biologiques présents dans l’organisme humain, indispensables
pour la production de protéines utiles en oncologie et en endocrinologie.

En ciblant les cellules spécifiques, les ARN interférents
pourraient révolutionner l’approche thérapeutique
de pathologies complexes.

Cet article est repris du site http://www.espace-social.com/spip.p...

Sites favoris Tous les sites

29 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves