Les contours de la mission Hubert

, popularité : 96%

- Médecine de proximité, nous avons eu une
avalanche d’études et de rapports depuis 15 ou
20 ans, tous ou presque pertinents, mais tous
demeurés inappliqués. Que l’on se souvienne des
travaux de François Steudler, de Philippe Lazar, de
Jean-François Girard, de Gilles Johanet, Yvon Berland,
du sénateur Juilliard, de Bruno Durieux, des Egos
(États généraux de l’organisation des soins), plus
récemment de Michel Legmann et celui à venir
d’Élisabeth Hubert. Que pourrait-on apprendre que
nous ne sachions déjà ? On aura garde de ne pas
oublier les débats parlementaires et les compétences
évidentes confiées à l’assurance maladie, ni les
organisations de médecins libéraux elles-mêmes. Car,
dans cette affaire, tout le monde détient une part de
vérité. Nous rappelons ces faits parce qu’il nous paraît
anachronique que le chef de l’État et son entourage
s’apprêtent à consacrer le mois de mai à recevoir les
médecins. N’y a-t-il pas, encore, un ministre de la
Santé et une mission qui débute à peine – dont les
contours semblent toutefois incertains ? Quelle
confusion ! Surtout si la “montagne accouche d’une
souris” fin septembre prochain. Vraiment, quelque
chose est déréglé au pays de Descartes.

- Capi, c’est pas fini. Puisque la Cour de justice
des communautés européennes vient d’adouber le
système britannique de paiement des médecins à la
performance, notamment pour les encourager à
prescrire des génériques. Le bon sens l’emporte.
Les 15000 généralistes français signataires des Capi
seront soulagés, l’assurance maladie aussi.

- Il s’appelle Phillip Blond. Il est professeur de
théologie, beau-frère aussi de Daniel Craig, notre
nouveau James Bond, et dirige le think tank
“ResPublica”. Son analyse de la situation sociale
britannique tranche singulièrement avec les idées
courantes. Il estime en effet que ni l’État ni le marché
ne sont en mesure de résoudre les attentes des plus
faibles lorsqu’il s’agit de les rendre autonomes.

Proche de James Cameron, il se déclare “red tory”,
un conservateur rouge et prône une forte taxation
des riches pour aider les plus défavorisés à s’organiser
librement. Sa pensée mixte le travaillisme, le
conservatisme, John Rawls et, quelque part, le
mouvement coopérateur ou mutualiste. Cela nous
change de l’expression traditionnelle du malaise
français et du “Tout État” comme seule réponse
envisagée.

Cet article est repris du site http://www.espace-social.com/spip.p...

Sites favoris Tous les sites

29 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves