Présentation des études de la DARES

, popularité : 95%

2010-001 - Parcours professionnels et état de santé

Les parcours professionnels participent à la préservation ou à l’altération de la santé des personnes, même après leur sortie d’emploi ; en sens inverse, la santé peut provoquer des ruptures ou des réorientations dans la vie professionnelle.

L’enquête Santé et itinéraire professionnel (SIP), menée fin 2006-début 2007, montre des liens étroits entre les parcours professionnels passés et l’état de santé des personnes au moment de l’enquête : les travailleurs dont les parcours sont peu marqués par la précarité ou les mauvaises conditions de travail se déclarent plutôt en bonne santé ; ce sont plus souvent les plus qualifiés ou les personnes ayant connu une promotion sociale.

 

En revanche, les parcours caractérisés par un déclassement social, des épisodes de chômage ou d’inactivité, des changements d’emploi fréquents ou des conditions de travail difficiles sont plus fréquemment associés à un état de santé dégradé.

 

L’analyse descriptive proposée ici ouvre la voie à des recherches plus approfondies qui viseront à mettre en évidence les mécanismes à l’œuvre.

 

 

2010-032 - La formation professionnelle des demandeurs d’emploi en 2008 : 610 000 entrées en formation

610 000 demandeurs d’emploi sont entrés en formation en 2008, soit 3 % de plus qu’en 2007.

Comme en 2007, les Régions ont financé 56 % des stages et leurs actions sont, pour plus de la moitié d’entre elles, destinées aux jeunes en insertion. L’État a financé moins d’un quart des stages et les Assédic en ont pris en charge 12 %, les autres financements (11 %) étant assurés essentiellement par les stagiaires eux-mêmes ou par des collectivités territoriales autres que les Régions ou par des établissements subventionnés au titre de la formation.

 

Tous financeurs confondus, les formations débutées en 2008 ont duré en moyenne 4,7 mois. Les stages financés par les Assédic, qui visent davantage à répondre à des besoins immédiats des entreprises, sont beaucoup plus courts (3 mois en moyenne) et ceux financés par les Régions un peu plus longs (4,8 mois).

 

Fin 2008, 9,7 % des demandeurs d’emploi étaient stagiaires de la formation professionnelle, les jeunes sans emploi étant trois fois plus souvent en formation que les personnes de 45 ans et plus.

 

 

2010-027 - Activité féminine et composition familiale depuis 1975

En 2008, 84 % des femmes âgées de 25 à 49 ans sont actives, en emploi ou au chômage, contre 96 % des hommes. Le taux d’activité des femmes décroît avec le nombre d’enfants et augmente lorsqu’ils grandissent. Les différences selon la composition familiale sont conservées lorsqu’on compare des femmes vivant en couple ou non, ayant le même âge, le même niveau de diplôme, la même nationalité.

Depuis 1975, les femmes sont de plus en plus présentes sur le marché du travail, quels que soient le nombre et l’âge des enfants.

 

Font exception les femmes ayant deux enfants dont le plus jeune a moins de 3 ans du fait de l’extension de l’allocation parentale d’éducation aux mères de deux enfants en 1994.

 

Leur comportement d’activité s’est éloigné de celui des femmes sans enfant entre 1995 et 2008. D’une manière générale, l’âge du plus jeune enfant est plus déterminant aujourd’hui qu’auparavant.

 

 

Les sortants des listes de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi, en septembre 2009

En septembre 2009, 459 600 demandeurs d’emploi tenus d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi (catégories A, B, C) sont sortis des listes de Pôle emploi. Parmi eux, 44,2 % ont repris un emploi. Cette part a diminué de -1,5 point par rapport à juin 2009 (-3,4 points sur un an).

Au total, 4,8 % des demandeurs d’emploi inscrits sur les listes de Pôle emploi en catégories A, B, C au 31 août 2009 sont sortis des listes au cours du mois de septembre 2009 pour reprendre un emploi. Ce taux de reprise d’emploi a diminué de -0,1 point par rapport à juin 2009 (-1,2 point sur un an).

 

Parmi les demandeurs d’emploi ayant repris un emploi en septembre 2009, 43,0 % ont accédé à un contrat à durée indéterminée ou à un contrat à durée déterminée de plus de six mois. En décembre 2009, c’est-à-dire trois mois après leur reprise d’emploi, 81,5 % étaient toujours en emploi.

 


Télécharger le document :

 

Révision des séries :

 

 

Les contrats d’aide à l’emploi en 2008 : baisse importante des entrées

En 2008, 358 000 contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE), contrats d’avenir (CAV), contrats initiative emploi (CIE) ou contrats insertion – revenu minimum d’activité (CI-RMA) ont été signés. 211 500 sont des nouveaux contrats et 146 500 des reconductions de contrats précédemment signés. En 2007, 464 500 salariés avaient été recrutés sous ce type de contrat, dont 286 500 en entrées initiales et 178 000 en reconductions.

 

Les salariés nouvellement recrutés en CIE sont plus jeunes qu’en 2007 du fait de la disparition du dispositif de Soutien à l’Emploi des Jeunes en Entreprise (SEJE) et de la réorientation des publics jeunes vers le CIE. Corrélativement, la part des bénéficiaires d’un minimum social dans les nouvelles entrées a baissé dans le secteur marchand. Elle est en 2008 proche de celle observée dans le secteur non marchand.

 

Alors que le nombre de conventions signées dans le secteur non marchand a fortement diminué en 2008, les seniors et les salariés peu qualifiés ont vu leur part augmenter dans les embauches. Les associations restent les principaux employeurs de contrats aidés dans le secteur non marchand, où l’aide financière moyenne de l’État a diminué par rapport à 2007.

 

2010-016 – Les contrats d’aide à l’emploi en 2008 : baisse importante des entrées (pdf - 386.8 ko)

Demandeurs d’emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en mars 2010

Les données sur les demandeurs d’emploi sont présentées selon divers regroupements statistiques (catégories A, B, C, D, E). La plupart des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi sont tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi : certains sont sans emploi (catégorie A), d’autres exercent une activité réduite courte, d’au plus 78 heures au cours du mois (catégorie B), ou une activité réduite longue, de plus de 78 heures au cours du mois (catégorie C). Par ailleurs, certaines personnes inscrites à Pôle emploi ne sont pas tenues de faire des actes positifs de recherche d’emploi : elles sont soit sans emploi et non immédiatement disponibles (catégorie D), soit pourvues d’un emploi (catégorie E). A compter du 1er juin 2009, la mise en oeuvre du revenu de solidarité active (RSA) est susceptible d’affecter sensiblement le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi de catégorie A s’établit à 2 661 300 en France métropolitaine fin mars 2010. Ce nombre diminue par rapport à la fin février 2010 (-0,2 %, soit -6 600). Sur un an, il croît de 9,8 %.

 

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi de catégories B et C s’établit à 1 229 700 en France métropolitaine fin mars 2010. En mars, le nombre de ceux de catégorie B augmente de 1,3 % (+7,9 % sur un an) et le nombre de ceux de catégorie C est en hausse de 2,6 % (+27,2 % sur un an).

 

Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi de catégories A, B, C s’établit à 3 891 000 en France métropolitaine fin mars 2010 (4 130 800 en France y compris Dom). Ce nombre croît de 0,5 % (+18 100) au mois de mars. Sur un an, il augmente de 12,3 %.

 

Le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi en catégories D et E s’établit à 569 900 en France métropolitaine fin mars 2010. En mars, le nombre de celles inscrites en catégorie D augmente de 2,4 % et le nombre de celles inscrites en catégorie E est en hausse de 3,8 %.

 

Avertissement :

 

Les données présentées concernent les demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi. La notion de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi est une notion différente de celle de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT) : certains demandeurs d’emploi ne sont pas chômeurs au sens du BIT et certains chômeurs au sens du BIT ne sont pas inscrits à Pôle emploi. Au-delà des évolutions du marché du travail, différents facteurs peuvent affecter les données relatives aux demandeurs d’emploi : modifications du suivi et de l’accompagnement des demandeurs d’emploi, comportements d’inscription des demandeurs d’emploi… En particulier, à compter du 1er juin 2009, les dispositions relatives aux nouvelles obligations de recherche d’emploi des bénéficiaires du RSA et à leur accompagnement par le service public de l’emploi sont susceptibles d’accroître sensiblement le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi (cf. page 13 et l’encadré 1, pages 17 et 18). L’ensemble des définitions figurent dans les encadrés 1 et 2, pages 16 à 18 de la publication.

 

La publication « Demandeurs d’emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en avril 2010 » paraîtra le vendredi 28 mai 2010 à 18 heures.

 

Télécharger le document :

 

Lire le communiqué de presse :

 

 

Les pratiques de rémunération des entreprises en 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que les non cadres


En 2007, 86 % des entreprises de 10 salariés ou plus des secteurs concurrentiels ont accordé des augmentations du salaire de base. Parmi celles-ci, 43 % ont associé augmentations générales et augmentations individualisées.

 

Soumises à des fluctuations, y compris à la baisse, les primes de performance, collectives ou individuelles, s’ajoutent au salaire de base. De fait, ce sont les formules panachant instruments collectifs et individuels, réversibles et non réversibles qui sont privilégiées.

 

Les primes liées à la performance collective s’appuient le plus souvent sur des dispositifs d’intéressement et de participation.

 

Certaines entreprises peuvent aussi offrir à leurs salariés d’autres avantages financiers : en 2007, 65 % proposaient une complémentaire santé d’entreprise et 12 % un dispositif d’épargne retraite.

 

Les rémunérations versées en 2007 ont fait l’objet de négociations ou discussions collectives dans 16 % des entreprises de 10 salariés ou plus.

 

Voir en ligne : DARES

Sites favoris Tous les sites

131 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves