La greffe rénale à partir d’un donneur vivant : et si on en parlait ?

, popularité : 85%

C’est le titre de la brochure d’information sur la greffe à partir d’un donneur vivant que vient d’éditer l’association Renaloo (1).

<a
href="http://droitsdesmalades.fr/wp-content/uploads/2010/06/brochuredv1.jpg" rel="lightbox[514]"><img
class="alignnone size-full wp-image-513" title="brochuredv1" src="http://droitsdesmalades.fr/wp-content/uploads/2010/06/brochuredv1.jpg" alt="" width="227" height="288" />

Rédigée par un groupe de travail composé de Christian et Olga Baudelot, Yvanie Caillé, le Pr Denis Glotz, le Pr Maryvonne Hourmant et le Dr Alain Tenaillon, elle a été éditée à 35 000 exemplaires (mise à la disposition de tous les néphrologues de France, ces derniers ont la possibilité de la commander pour la remettre à leurs patients).

Cette brochure aborde tous les aspects de ce type de greffe, propose une information complète, prenant en compte les données les plus récentes de la littérature médicale internationale. Mais au delà de son contenu « factuel », elle vise à rassurer, à déculpabiliser et à libérer la parole des patients, receveurs potentiels, trop souvent réticents à l’idée d’impliquer leur entourage dans leur maladie…

Rappelons que les greffes entre vivants sont de bien meilleure qualité — les organes sont plus proches génétiquement, mais surtout les conditions de greffes sont meilleures car programmées, et l’observance des traitements par la suite est meilleure, de même les conditions psychologiques.

La transplantation rénale à partir de donneurs vivants reste cependant très peu répandue en France : 222 en 2008, soit 7,5% seulement des greffes rénales, à comparer aux chiffres de nos voisins, comme le Royaume-Uni (800) ou les Pays-Bas (400). Il existe aujourd’hui une prise de conscience de la nécessité de développer cette technique.

Les greffes à partir d’un donneur vivant sont encadrées en France par la loi de Bioéthique de 2004. Cette loi indique entre autres que seuls certains proches familiaux peuvent être donneurs.

Dans le cadre de la révision des lois de bioéthique en 2010, le <a
href="http://www.leciss.org/" target="_blank">Collectif interassociatif sur la santé (CISS) est en train de finaliser ses propositions, envisageant un élargissement du don au-delà des proches familiaux, avec la mise en place d’un contrôle du consentement par un juge et un suivi par une équipe pluridisciplinaire pour s’assurer que le consentement est véritable et que le don n’est corrélé à aucune opération commerciale.

En outre, il paraît nécessaire de prévoir que la législation différencie les dispositions en fonction des organes. En effet, si dans le cas du rein les risques encourus pour le donneur sont très faibles et les résultats pour les receveurs excellents, il n’en est pas de même pour le foie ou le poumon.

<a
href="http://www.renaloo.com/images/stories/documents/brochureDV2010.pdf" target="_blank">Consulter cette brochure en ligne, La greffe rénale à partir d’un donneur vivant : et si on en parlait ?

(1) L’association Renaloo a pour but d’apporter soutien, information et entraide aux personnes touchées par l’insuffisance rénale chronique, dialysées ou greffées, ainsi qu’à leurs proches. Renaloo.com est un site de patients, animé par des patients et des proches de patients.

<br
/> Source : <a
title="Renaloo" href="http://feeds.feedburner.com/www.renaloo.com" target="_blank">www.renaloo.com

Voir en ligne : http://droitsdesmalades.fr/la-greff...

Sites favoris Tous les sites

131 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves