Une économie libérale cogérée

mardi 27 juillet 2010
popularité : 49%

- Peut-on accepter qu’un bloc opératoire de
chirurgie ne pratique que quatre actes lourds par
jour ? 54 établissements hospitaliers, dont 24
fermeront à coup sûr, perdront peut-être cette activité.
Gorges chaudes dans les médias comme d’habitude,
quitte à oublier que les patients préfèrent se faire
opérer ailleurs, là où qualité et sécurité des soins sont
garanties. Au-delà des questions de seuil (1 500 actes
partout ?), ce qui est en cause c’est l’absence de
communauté médicale (le partage des compétences et
du temps professionnel) et hospitalière fondée sur une
approche territoriale appropriée. Il reste trois ans pour
en établir.

- 100 Mds€ de pertes de recettes fiscales depuis
10 ans au minimum. Allons nous continuer ainsi
longtemps ? Le récent rapport de la Cour des comptes
sur l’état et les perspectives des finances publiques est
un document terrifiant. Le budget de l’État est
déficitaire depuis 1976. Celui du régime général,
depuis 1986 ou quasiment. Désormais, la France est
surendettée. Pas seulement quantitativement mais dans
ses réflexes de recours systématique aux prélèvements
publics et sociaux pour satisfaire la moindre demande.

C’est dans ses gènes ! L’économie n’est qu’en
apparence libérale, mais en réalité, cogérée
dans un rapport schizophrénique avec l’État.
Du type chacun pour soi mais l’État abreuve tout le
monde. 500 niches fiscales et sociales, record du
monde… Didier Migaud, nouveau président de la
Cour après la disparition du regretté Philippe Séguin,
parle d’un pays qui perd la maîtrise de son destin et,
par voie de conséquence, son indépendance. En 2015,
peut-être en 2018, le niveau d’endettement frôlera le
seuil des 100 %. Ce qui veut dire que le prochain
quinquennat est d’ores et déjà embolisé par cette
question. La dette s’auto-entretient et fait perdre à
l’économie nationale au moins 0,5 % de croissance,
soit 200 000 emplois, par an. Il faut agir ! Vite, fort
mais équitablement.

- Dépenses de santé dans le Pib, les derniers chiffres
d’Éco-Santé OCDE pour l’année 2008 : la France est
2e avec 11,2 % de part des dépenses totales derrière le
“champion” américain (16 %). S’agissant de la part en
Pib des dépenses publiques de santé, la France est en
tête du monde (8,6 %), devant le Danemark, l’Autriche
et l’Allemagne. Elle l’est également en termes de
dépenses privées mutualisées (avec un “marché”
développé, encadré et solvabilisé).
Comme quoi les chiffres contredisent souvent
les idées reçues.


http://www.espace-social.com/spip.p...

Sites favoris Tous les sites

29 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Sur le Web Tous les sites