Peut-on encore parler des retraites

mardi 14 septembre 2010
popularité : 45%

- Peut-on encore parler des retraites en France sans
que les protagonistes de la réforme n’entrent en
déraison ? Paradoxalement peut-être, les Français
très partagés sur la crédibilité des propositions des
acteurs nationaux, qu’ils soient politiques ou sociaux,
semblent plus proches de la vérité. C’est connu :
traditionnellement, la droite rechigne à augmenter les
prélèvements sociaux pour maintenir le niveau des
prestations, tandis que la gauche n’a pas le courage de
réguler la dépense sociale.

Or, sur les retraites il faut
faire les deux. Le projet Sarkozy, en dépit
d’amendements de dernière heure, est injuste.
En particulier sur la prise en compte de la pénibilité et
du seuil des 67 ans, une véritable discrimination envers
les femmes et les salariés aux carrières en dents de scie.

Le volet financier du projet gouvernemental n’est guère
crédible non plus tant sa pauvreté et son caractère
biscornu sont perceptibles. Mais les contrepropositions
de la gauche ne sont pas plus sérieuses. Le projet du PS
n’est qu’un plan financier dont l’ampleur assécherait
littéralement toute marge de manoeuvre pour les autres
dépenses sociales et publiques nécessaires. Et sur le fond
des choix politiques, la gauche n’entend pas davantage
s’exposer autrement que par des généralités sans
contenu solide. Dans cette confusion nationale, Nicolas
Sarkozy porte une lourde responsabilité.

Qu’espère gagner le chef de l’État dans un bras de fer
symbolique ? Tout au plus, la satisfaction en demi-teinte
d’une fraction dure de son électorat ou de quelques
édiles patronaux. Mais surtout, le président de la
République, par une méthode “à la hussarde”, aura
confirmé que la France est incapable de réfléchir et de
débattre sereinement. Il y a parfois de quoi désespérer
de notre pays… Quand bien même peu d’organisations
syndicales étaient véritablement désireuses d’une
négociation au fond, la qualité politique de gestion de ce
dossier était une nécessité en soi. Au final, c’est l’esprit
de rassemblement des Français sur une question difficile
qui devait prévaloir et non un combat de coqs gaulois !

- Nous traitons cette semaine, dans le cadre du compte
rendu d’un déplacement aux États-Unis et au Québec,
de la manière dont les Américains appréhendent leur
réforme de santé. Avec un net sentiment que Barack
Obama n’a pas encore gagné la partie, loin s’en faut, car
la classe moyenne américaine ne se sent pas vraiment
concernée. Pour beaucoup, la réforme de santé est une
question plus morale que politique. Ce qui taraude les
Américains, c’est l’économie et l’emploi. Avec, en toile
de fond, une inquiétude plus ou moins sourde sur le
devenir de leur modèle. Les temps changent.


http://www.espace-social.com/spip.p...

Sites favoris Tous les sites

29 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Sur le Web Tous les sites