Renforcer l’accès aux soins

, popularité : 95%

Trois entités mutualistes distinctes sont nées du démembrement de l’ex-FMP. Nora Trehel,
présidente de la Mutualité d’Île-de-France (livre 1) fait le point sur cette reconfiguration.

Vous présidez la Mutualité française Île-de-France, groupement issu du livre I du code de la mutualité. Quelles sont vos missions ?

Nous sommes au service des groupements mutualistes
sur le territoire régional, et un élément de la construction
fédérative. Nous avons statutairement pour mission
la représentation mutualiste dans les différentes instances
de santé ainsi qu’auprès des partenaires sociaux, associatifs,
institutionnels. Nous représentons 270 mutuelles et un peu
plus de 5,5 millions de personnes protégées.
L’année 2011 s’ouvre sur des chantiers cruciaux, comme
ceux du financement de la sécurité sociale, de
l’assurance maladie, de la dépendance. Nous
entendons contribuer aux réflexions et aux propositions.

De même, nous sommes représentés
au conseil de surveillance et aux conférences de
territoire de l’ARS. Il s’agit pour nous de contribuer
à améliorer l’organisation sanitaire médicosociale
en renforçant l’accès aux soins, notamment
aux soins à tarifs opposables, pour réduire
les inégalités.

Le deuxième volet de nos missions, c’est la prévention.
Cette activité signe la détermination du
mouvement mutualiste à agir pour une organisation
sanitaire prenant davantage en compte et, en amont, les
risques sanitaires. Nous animons des initiatives sur les maladies
cardio-vasculaires, le cancer, le maintien de l’autonomie,
la parentalité et la santé environnementale. Nous organisons
début avril, avec le comité féminin de Paris pour la prévention
et le dépistage des cancers féminins, une formation destinée
aux bénévoles de ce comité et des mutuelles, pour démultiplier
notre capacité à parler de la nécessité du dépistage par
mammographies. On sait qu’il y a de grandes inégalités sociales,
liées aussi à des problèmes culturels.

Nous contribuons également au développement de Priorité
santé mutualiste qui est un réel service de conseil, d’écoute,
d’accompagnement, d’information, mais aussi une forme
d’intervention dans le système de santé, puisqu’à travers
l’orientation des mutualistes sur des critères de qualité nous
influons concrètement sur l’organisation, la qualité des soins
et sur les dépassements d’honoraire qui sont particulièrement
un facteur d’inégalité. Je citerai encore notre participation à la
politique de conventionnement et nous avons aussi pour mission
de former les élus mutualistes.

Enfin, je souhaiterais signaler
que nous organisons annuellement le concours
“la Course en solidaire” afin d’aider les jeunes à réaliser des
projets solidaires.

Où en est le redéploiement des activités de l’ex-FMP ?

L’un des objectifs en était la séparation des activités des différents
livres du code de la Mutualité. Celle-ci a donné lieu à la
création de l’Union régionale, qui a en charge la mission fédérale
régionale ; à celle de l’Utmif ; Union territoriale de la mutualité
Ile-de-France, qui gère les services de soin et d’accompagnement
mutualistes. L’ex-FMP n’est plus aujourd’hui
concernée que par les activités du livre II (assurance
maladie et complémentaire).

Chaque structure
est autonome, mais l’Utmif et la FMP sont
bien entendu adhérentes à l’Union régionale. La
FMP est, depuis 2 ans, sous administration provisoire
pour redresser sa marge de solvabilité.
L’Utmif a, elle, hérité d’une situation économique
lourdement déficitaire et des mesures sont toujours
à l’étude pour redresser sa situation.

Qu’en est-il du devenir des centres de santé de la mutualité francilienne ?

C’est une question cruciale à Paris compte tenu
de l’évolution de la démographie médicale et de la généralisation
des dépassements d’honoraires. La FNMF, notre union
régionale, le réseau national des centres de santé mutualistes,
l’Utmif sont inscrits dans la démarche engagée par la ville de
Paris et la Cpam pour promouvoir ces centres, avec l’objectif
de mieux organiser les soins de premier recours. Actuellement,
le centre Saint-Victor est fermé et ses activités ont été transférées
vers celui du Moulinet. Nous lions sa réouverture à la
mise au point d’un modèle économique viable et pérenne. Des
groupes de travail planchent sur ces questions en coopération
avec la Mairie.

Où en est-on dans la consolidation financière des situations des activités ?

Du fait de l’autonomie de chaque structure, il n’y a plus de
consolidation financière des activités. Ça rejoint la nécessité de
trouver un modèle économique viable pour les centres de
santé. C’est maintenant à chaque structure de trouver les
moyens de son redressement.

Voir en ligne : http://www.espace-social.com/spip.p...

Sites favoris Tous les sites

29 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves