Retraite et Burn-Out

, popularité : 44%

- Arrco-Agirc, la CFDT signera certainement le
projet d’accord. FO se tâte. Les autres sont plutôt
contre le texte. Celui-ci n’est pourtant pas bien
révolutionnaire puisqu’il fait de la consommation des
réserves des deux régimes jusqu’à leur quasi-extinction
l’essentiel du financement des besoins à venir d’ici
2030 hormis quelques économies de gestion.

Manifestement tout le monde a cherché à éviter le pire
et à gagner du temps. Paradoxe d’une négociation
paritaire qui ne règle rien sur le fond et qui, de ce fait
renvoie sur l’État la responsabilité des vraies
solutions…

Demeure le sujet, un peu accessoire il est vrai, des
présidences des caisses. La CGC préside la Cnav et
l’Agirc. FO préside l’Arcco. La CFDT, l’Unedic.

Hormis cette dernière, les autres présidences présentent
une contradiction politique entre leur rejet des réformes
adoptées par le Parlement, voire issues des négociations
paritaires, et la nécessité de les faire appliquer dans les
caisses et régimes nationaux. Comment présider
pleinement le conseil d’un organisme dépositaire d’une
réforme que l’on combat ?

- Ahurissant ! La lettre électronique du docteur Claude
Bronner, co-président d’Union généraliste, présente le
tableau officiel des résultats des élections aux URPS en
voix par syndicats de médecins couplées au nombre
d’adhérents revendiqués pour chacune des
organisations de médecins reconnues représentatives.

Cela donne 9 115 médecins généralistes libéraux
adhérents à un syndicat “représentatif” alors que
27 226 d’entre eux sont allés voter pour les URPS.
Un ratio de 33 %. Pas mal au regard des situations
similaires dans la vie sociale, chez les salariés
notamment. Le pire, ou le plus drôle, est à venir.

Chez les spécialistes, le ratio monte à 89 % de
médecins syndiqués qui sont allés voter ! Soit 19683
cotisants pour 22 182 votants aux URPS… Avec des
taux de 99 % pour le SML, de 88 % pour la CSMF et
fort modestement, vu les circonstances, de 67 % pour
la FMF. Du grand n’importe quoi où, finalement, le
gouvernement qui prête la main à cette palinodie, ôte
une partie de crédibilité à la négociation
conventionnelle qui s’ouvre.

- Burn out des Français, constat inquiet pour le
crépuscule d’une organisation reconnue. Les mots se
bousculent dans le dernier rapport de Jean-Paul
Delevoye, médiateur de la République. Il y a quelque
chose de cassé dans l’Hexagone. Les élections
cantonales nous le montrent d’une certaine façon.

On rapièce un système social fourbu au nom de 1945,
alors qu’il faudrait le revoir de fond en comble !

Voir en ligne : http://www.espace-social.com/spip.p...

Sites favoris Tous les sites

29 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves