L’avenir de la pharmacovigilance

jeudi 23 juin 2011
popularité : 39%

- L’Europe va mal. La dynamique de la construction
est sérieusement en panne. Et nul ne peut prédire
ce qu’il adviendra tant les écarts de situation, de
comportements et de culture politique sont grands.

À l’arrogance d’autrefois succède désormais
l’autoflagellation permanente. Pauvres Grecs, entend-on,
martyrisés par les marchés, alors qu’ils sont
d’abord victimes des turpitudes des élites, des religieux,
et peut-être d’eux-mêmes. Ce n’est pas l’euro le
coupable, mais le laxisme des politiques publiques.

L’Union et les banques européennes n’ont pas été
franchement ingrates à l’endroit des Grecs. Ni des
autres. Aussi anticapitaliste que l’on puisse être, peut-on
vivre longtemps au-dessus de ses moyens ?

Les données grecques étonnent autant par leur aspect
symbolique que par leur ampleur économique.
Comment accepter qu’aussi peu de ménages paient
l’impôt ? Comment peut-on favoriser ainsi la
corruption en laissant tant d’hôpitaux sans comptabilité
– selon les dires de Jean de Kervasdoué au retour
d’une mission à Athènes – ? Lévinas disait qu’il n’y a
pas plus d’égalité entre les cultures que de relativisme
des valeurs. En économie, c’est un peu la même chose.

Rien n’oblige un pays à sombrer, si ce n’est
l’irresponsabilité de ses élites. Force est de constater
que le modèle social européen est bousculé, tant dans
sa conception que dans les faits. On ne peut plus
confondre accumulation des prestations sociales, bien
être des personnes, et équité face aux aléas de la vie.
Les questions qui se posent brutalement à la Grèce,
voire ailleurs, sont les questions de toute l’Europe.

- Nouveau rapport tonique de l’Igas sur le dispositif
de pharmacovigilance. L’Igas sonne le tocsin en
réclamant une profonde réorganisation du réseau
d’alerte, de la notification des incidents, la maîtrise par
l’Afssaps des données complètes des essais cliniques
conduits par les laboratoires, ainsi qu’un grand
nettoyage des classes thérapeutiques encombrées de
produits sans effets thérapeutiques. S’y ajoute, une
refonte de l’AMM, le développement d’une capacité
d’expertise interne accrue au sein des agences sanitaires
et, au bout du bout, la création d’un organisme public
d’information sur les médicaments et la supression des
visteurs médicaux...

Que fera Xavier Bertrand de toutes ces expertises,
souvent de qualité ? La seule chose vraiment acquise
est que le gouvernement déposera avant la fin juillet un
projet de loi sur la sécurité sanitaire des produits de
santé.


http://www.espace-social.com/spip.p...

Sites favoris Tous les sites

29 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Sur le Web Tous les sites