Questions de direction et d’information

mercredi 29 juin 2011
popularité : 48%

- La réforme annoncée par Xavier Bertrand va dans
la bonne direction. D’ailleurs les élus de gauche ne
la rejettent pas. La France du médicament connaît
un tournant de son histoire. Beaucoup pressentaient
cette nécessité de remise en ordre dans les rouages de
la pharmacovigilance. Parmi les questions qui
importent, se pose celle de savoir si une industrie
pharmaceutique puissante peut ne pas se confondre
avec une consommation effrénée de produits, reflet
d’une prescription irréfléchie ? Contre les apparences,
cette équation n’est pas insoluble. La France doit
demeurer dans le top mondial de l’industrie
pharmaceutique. Mais cela passera par une vraie mise
à plat de la situation et une reconfiguration de nos
fondamentaux. Un bon sujet pour 2012.

- Comme l’indique Étienne Caniard, président de la
Mutualité française, les rapports État, Parlement et
assureurs complémentaires santé relèvent de la
schizophrénie ! Les débats sur la proposition de loi
Fourcade (voir nos zooms) illustrent l’incroyable
désordre intellectuel et politique de ces relations. D’un
côté, la droite parlementaire et gouvernementale
réclame un rôle accru des Ocam dans la politique de
santé, et ce à coups de colloques, de rapports, de
congrès en tous genres. De l’autre, elle se refuse
systématiquement à traduire dans le droit ce que
pourrait recouvrir cette réalité pour ne pas contrarier
les professions de santé libérales, réputées de droite et
donc soutiens putatifs de Nicolas Sarkozy.

Ainsi, les
Ocam n’ont toujours pas un droit d’accès à une
information minimale sur les médicaments. Ils n’auront
bientôt plus le droit de contractualiser avec les
professions et les établissements de santé pour le profit
de leurs adhérents. Ils sont associés (et encore !) pour la
forme aux discussions entre l’assurance maladie et les
médecins ou autres acteurs de soins. Ils sont
multiplement taxés de principe. Au point de payer la
dette de l’assurance maladie dont ils ne sont pas
responsables. Ils ne peuvent même pas compter sur les
élus de gauche pour être défendus, accusés qu’ils sont
de vouloir prendre la place de la sécurité sociale.

Ce qu’ils n’ont jamais envisagé au demeurant.

- Selon la Revue socialiste, 38% des adhérents
au PS sont cadres supérieurs, 64% ont un diplôme
universitaire, voire sont issus des grandes écoles, 80%
travaillent dans le secteur public. 61%, enfin, sont âgés
de plus de 50 ans (38% ont 60 ans et plus).

Vous avez dit représentation sociologique de la société
française ?


http://www.espace-social.com/spip.p...

Sites favoris Tous les sites

29 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Sur le Web Tous les sites