Les écueils à éviter

, popularité : 83%
La « non-conformité du produit » :
 

La présentation de la note n'est pas satisfaisante

Au regard de son volume
  • Quand une note fait moins de quatre pages, le problème vient souvent moins de son volume insuffisant que de son déséquilibre (2 ème partie inachevée).
  • On peut également trouver un plan détaillé en substitut de la note : naturellement, ce devoir sera sanctionné. Les justifications de la rédaction- explicitation des idées, capacité à exprimer clairement des idées, développement et nuances d’un raisonnement..- étant absentes, le devoir se trouve singulièrement affaibli.
  • Autres cas de figure : le devoir trop long. En général, ce type de devoir cumule d’autres défauts. Il est probablement insuffisamment structuré ou déséquilibré, il a été écrit au fil de la plume, en utilisant largement la paraphrase des documents. Le travail sur les titres a été sans doute négligé, le temps physique de la rédaction s’étant substitué au temps de la réflexion.
  • L’introduction peut aussi être trop longue. Soit elle est proportionnelle au reste du devoir, et le devoir est alors trop long avec les insuffisances mentionnées précédemment. Soit elle s’inscrit dans le volume recherché de la note (quatre ou cinq pages) et elle empiète largement sur le développement. L’introduction de la note de synthèse diffère sensiblement de l’introduction de la dissertation. Elle ne doit pas dépasser dix à quinze lignes. Elle comprend cinq aspects : le contexte, la commande, l’explication, la problématique, le plan.
Au regard des exigences minimales de français (orthographe, style)
  • L’orthographe ne doit pas être négligée. La répétition de fautes, supérieure à trois, agace le correcteur et risque de conduire à une minoration de la note. Il est à signaler à cet égard que dans de nombreux concours, les consignes officielles prévoient explicitement de sanctionner la présence de fautes. La relecture attentive de la copie, lorsqu’elle est achevée, doit permettre d’éviter les fautes les plus grossières.
  • Le style doit être approprié. Cela exclu par exemple un style emphatique. La sobriété peut être la ligne de conduite. Les phrases simples sont à privilégier : les constructions de phrase avec des « que », des « qui » ou des participe présent ont tendance à alourdir l’expression. Enfin, il n’est pas nécessaire dans l’introduction d’écrire « dans un premier temps, on analysera … ». La logique de la note de synthèse est d’aller rapidement à l’essentiel.
Au regard des titres : identification et structuration
  • L’identification des titres permet de repérer par des chiffres (1, 2, éventuellement 3) et des lettres (A, B) les points clé du raisonnement. C’est une aide à la lecture. La mise en valeur « physique » de ces titres justifie donc de bien les travailler. L’absence d’identification est clairement un critère de sanction dans la note.
  • La structuration est indispensable. Elle reflète la construction de la pensée. A ce titre elle est un élément d’appréciation significatif. Il est attendu à tout le moins des titres de parties et de sous-parties. Naturellement, ce n’est pas un pur exercice formel. La structuration illustre la progression de la pensée et le cheminement choisi par le composant. Il est conseillé de structurer les sous-parties. Tout d’abord, cela permet de donner un titre précis à la sous-partie (on sait préciser de quoi on parler puisque l’on a deux ou trois idées développées dans des paragraphes) et cette démarche conduit à identifier la progression des idées entre elles dans la sous-partie ( pourquoi commencer par telle idée plutôt que par telle autre dans la sous-partie). Consciemment ou inconsciemment, cette action va inciter à une organisation des idées et par conséquent à une rationalisation : la portée de la démonstration sera encore renforcée. 
Dans les références aux documents
  • Chaque document est identifié par un numéro (document 1 ,2…). En principe, chaque document à une valeur ajoutée ou une raison d’être. Aussi, chacun d’entre eux doit être cité. Ne pas en citer un risque d’être interprété comme un document non lu ou un document non compris.
  • Il faut éviter de citer chacun d’eux plus de trois fois. De plus, il n’est pas approprié de mettre entre parenthèses une série de cinq ou six documents qui évoquent la même idée. Il vaut mieux en mettre un ou deux.


La note n'est pas équilibrée

Entre les parties
  • Dans les premiers devoirs, c’est une erreur fréquente. La lecture du dossier à été un peu longue, le regroupement des idées à été lent, et la première partie a été développée normalement. Toutefois, le candidat manque de temps pour rédiger la seconde partie. Cette situation est particulièrement pénalisante pour l’auteur de la note.
  • Un devoir inachevé reflète une insuffisante maîtrise du temps, ce qui est un handicap dans la vie professionnelle. De plus, le principe d’équité entre les candidats justifie que le candidat qui ne s’est pas organisé correctement, ou qui n’a pas fait cet effort, soit justement sanctionné ne serais-ce qu’au regard des efforts consentis par les autres candidats.
Entre les sous-parties
  • Le déséquilibre entre les sous-parties illustre probablement une faiblesse dans la conception du plan. En effet, un redécoupage des parties est sans doute possible tout en gardant un cohérence logique. De plus, à supposer que le devoir respecte le volume global, un déséquilibre se traduit par exemple par une première partie d’une page et demi et une deuxième partie d’une demi-page. On peut s’interroger sur le contenu de cette deuxième sous-partie, en théorie essentielle au raisonnement…comme sous-partie. Or une demi-page représente le volume d’un paragraphe.
  • Par ailleurs, le souci d’un équilibre entre les sous-parties n’est pas purement formel. Les différentes sous-parties sont en fait la structuration d’idées. Un déséquilibre du volume traduit ainsi un déséquilibre des idées. Or, l’exercice de la note de synthèse conduit à une présentation « objective » des idées contenues dans le dossier. Un déséquilibre entre les sous-parties est donc susceptible de générer un déséquilibre de l’argumentation.
L'absence de valorisation des idées :

Les titres sont descriptifs

Si les titres sont interchangeables avec un autre dossier…il vaut mieux les changer
  • Les titres expriment des idées. Si les titres sont généraux, les idées sont générales. Mais si les idées sont générales, quelle sera l’aide apportée au destinataire de la note ?
  • Les titres de classification (doctrine/ jurisprudence…) sont souvent utiles dans un premier temps pour regrouper des thématiques. Le classement en lui-même n’apporte pas l’idée. C’est pourquoi, il faut se méfier des titres génériques, un peu passe-partout. L’objectif est clairement d’apporter une réponse précise à une commande. Le caractère spécifique du dossier, et de la réponse, doit toujours rester en tête.
Les titres ne donnent pas immédiatement des informations : le lecteur doit aller dans les sous-parties voire dans les développements pour obtenir l’information qu’il recherche
  • La spécificité du titre se traduit par une information propre au dossier. Il exprime une idée centrale que le commanditaire de la note doit avoir à sa connaissance ;
  • Si le supérieur hiérarchique doit aller chercher lui-même les informations, l’intérêt du travail réalisé sera faible : il devra faire lui-même l’ effort d’analyse et de synthèse…qu’il attendait de son collaborateur !

L'analyse n'est pas complète

Des points clé du dossier ne sont pas traités
  • Autant il n’existe pas de corrigé type pour une note de synthèse, autant l’absence d’un élément essentiel du dossier sera sanctionnée. Ce serait en effet une erreur majeure d’occulter un élément essentiel susceptible d’être porté à la connaissance du destinataire de la note.
  • La prise de note sera assurément importante pour réussir cette étape.
Une erreur de compréhension dans l’analyse et la portée des documents (retournement de jurisprudence par exemple)
  • L’erreur de compréhension est, il est vrai, relativement rare, compte tenu du niveau général des candidats aux concours. Toutefois, cela arrive à quelques copies à chaque concours ou examen.
  • Le candidat, auteur de cette bévue, risque alors d’autant plus une minoration de sa note.

Voir en ligne : http://cours.unjf.fr/file.php/48/Co...

Sites favoris Tous les sites

48 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves