Comment comprendre l’essentiel du dossier ?

mardi 5 janvier 2010
popularité : 51%

Détecter les idées-clé :

Où se trouvent les principales idées du dossier ?

Dans les résumés et les titres des documents
  • Avant de lire in extenso les documents, il est vivement recommandé de s’intéresser en premier lieu aux résumés et aux titres. Certes, ils n’existent pas toujours mais il est assez rare qu’ils soient totalement absents, y compris dans la présentation de la jurisprudence.
  • Ces résumés, supposés bien faits, et ces titres, en général signifiants, vont permettre d’appréhender tout de suite les enjeux principaux du dossier.
  • Ce travail peut prendre une trentaine de minutes mais il sera très utile : outre la compréhension des enjeux, cette démarche permettra d’avoir ensuite une lecture active des documents. L’objectif sera alors de repérer les idées non répertoriées et de d’identifier les principales articulations entre les idées déjà relevées.
  • Ainsi, la lecture du dossier ne se fait pas sur un chemin inconnu ce qui permet de mobiliser l’attention sur les points utiles, et sans doute de lire plus vite le dossier.

Dans les documents de référence

  • Tous les documents n’apportent pas la même valeur ajoutée. Un article de presse donnera une tonalité utile pour apprécier l’état d’une opinion à cet instant, mais il sera d’un apport restreint sur les fondements juridiques. Les textes de référence, lois, décrets, ont leur raison d’être pour poser les bases juridiques. Toutefois, la longueur, parfois significative, et la difficulté à saisir immédiatement l’essentiel de ces documents, justifie d’autant plus de savoir ce que contient ce texte avant de s’y « plonger ».
  • C’est pourquoi, les articles de doctrine seront privilégiés. Ils apportent en général des éclairages pertinents sur le dossier. La difficulté sera simplement de pouvoir s’en distancié au moment de la rédaction, de nombreux candidats étant enclins à recopier intégralement les propos tenus dans ces articles.
  • Pour la jurisprudence, le plus simple est sans doute de lire les documents dans l’ordre chronologique.
  • En définitive, la séquence de lecture pourrait être la suivante : articles de presse, articles de doctrine, jurisprudence, textes officiels.




Quelle méthode pour ne pas en oublier ?

1er temps : écriture organisée de l’information immédiate
  • Une lecture pertinente n’a de sens que si elle permet d’exploiter au mieux les informations collectées. Il sera donc conseillé dans un premier temps d’écrire l’ensemble des résumés et des titres sur des feuilles prises dans un format paysage, avec une colonne par document si une première classification par thématique n’apparaît pas immédiatement.
  • Ce travail d’une trentaine de minutes permettra de recueillir probablement 80 % des idées pertinentes. On a vu que cette démarche est utile pour permettre une lecture active. Elle sera également précieuse pour la recherche des idées du plan.

2ème temps : recherche des idées complémentaires

  • Les idées principales ont été répertoriées. Toutefois, certains documents ne présentaient pas de résumés ou de titres. Pour cela, il est donc nécessaire de découvrir les points clé des documents non encore exploités. Par ailleurs, les documents qui présentaient des résumés ou des titres signifiants peuvent ne pas avoir été exhaustifs. La lecture active conduit justement à rechercher les idées non encore répertoriées.
  • Par ailleurs, il est également utile de profiter de cette lecture active pour commencer à établir des liens logiques entre les différentes idées. Cela peut prendre la forme de flèches et de rapprochement entre deux documents. Les idées complémentaires identifiées apporteront ainsi directement une valeur ajoutée au travail d’analyse.

Etablir un fil directeur :

Classement logique des idées

Transformation du classement de l’information en classement des idées
  • L’information pertinente a été répertoriée de manière quasi exhaustive. L’étape suivante est de transformer cette information en idées. Autrement dit quelles sont les quelques grandes idées (quatre par exemple) qui permettent de « couvrir » l’ensemble des données recueillies ? A ce stade, la formulation définitive des idées, qui prendra la forme de titres n’est pas encore établie. En revanche, les grandes thématiques sont identifiées.
  • Il est conseillé matériellement de travailler sur une feuille par thématique de manière à les compléter au fur et à mesure

Établir une progression logique entre les thématiques

  • Une deuxième transformation est nécessaire : les idées sont le support d’un raisonnement. Les grandes parties vont devoir s’enchaîner logiquement. Il est conseill&eacute de privilégier la méthode traditionnelle de l’argumentation, en partant du plus simple, du plus évident, du plus communément admis. Le raisonnement permet ensuite, à partir des fondations de la première partie, et en particulier de la première sous-partie, de développer les évolutions principales, de présenter les nuances ou les subtilités des enjeux du dossier.
  • Cette progression logique est une partie importante. La note pouvant servir d’aide à la décision, elle doit présenter toute la rigueur intellectuelle attendue et éviter ainsi des fautes de raisonnement.




Regroupement de grappes d'idées : les futurs paragraphes

Regrouper les trois ou quatre « item » cohérents entre eux
  • En principe, le candidat se trouve actuellement en présence de grandes catégories d’idées organisées logiquement entre elles. De plus, au cours de l’écriture des résumés et des titres il a collecté de nombreuses informations. On peut imaginer trois à quatre points utiles pour chaque document ce qui représente une cinquantaine d’ « item » susceptibles d’être exploités sur l’ensemble du dossier.
  • Un devoir équilibré présentera donc une douzaine d’informations par partie. L’objectif est alors de regrouper ces idées pour en faire des grappes cohérentes. Celles-ci serviront de base pour construire les paragraphes au sein des sous-parties.

Identifier la progression entre les grappes d’idées

  • On aura dans une sous-partie deux ou trois paragraphes. Au-delà, le risque est de présenter une sorte de « catalogue », qui affaiblira la force du raisonnement
  • Le travail consiste donc à donner une progression logique entre les deux ou trois grappes d’idées

Sites favoris Tous les sites

48 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Sur le Web Tous les sites