Emmanuelli définit l’exclusion

Il s’agit d’un néologisme créé en 1974 par René Lenoir qui était alors conseiller technique au cabinet de Simone Weil, afin de désigner un ensemble de gens ayant des problèmes psychiques, économiques ou sociaux. Depuis, ce mot a pris une signification plus large ; il recouvre beaucoup de situations différentes et les médias et les politiques s’en sont emparés. Moi, je trouve qu’exclu est un terme trop approximatif et je préfère une définition par l’action : que peut-on faire face aux diverses situations que l’on rencontre ?

Il y a en effet plusieurs strates pour l’opérateur dans ce que l’on appelle l’exclusion :

- il y a d’abord les grands exclus ou les désaffiliés que l’on appelait autrefois les clochards. Ils n’ont pas ou plus de lien avec d’autres personnes et sont caractérisés par leur absence de représentation symbolique - du corps, de l’espace, du temps, de l’autre, des mécanismes du corps social... Leur situation résulte très souvent de leur parcours individuel ; ils sont en général en état de souffrance psychique et touchés par l’alcoolisme, et leur vie même est en danger ;
- il y a ensuite les marginaux qui sont soit sans abri - il s’agit des cas les plus graves - soit sans domicile fixe, c’est-à-dire encore autonomes, vivant chez les uns chez les autres ou dans des squats ;
- une troisième catégorie est composée de personnes ayant des problèmes psychiatriques ;
- et, enfin, il y a une catégorie de gens inclassables : jeunes en errance, personnes en situation irrégulière...

Sites favoris Tous les sites

131 sites référencés dans ce secteur

Sur le Web Tous les sites